Un an de newsletters !!!

Ce mois ci nous avons rédigé notre douzième newsletter mensuelle. A l’occasion de ce premier anniversaire, nous avons construit cette news sur le thème des contes et plus particulièrement sur la place des loups dans l’imaginaire. Chloé Huet Porte-Petit (*cf fin de l’article) a accepté de répondre à une question que l’on se pose depuis bien longtemps chez Matern’L : d’où vient la peur du loup chez le tout petit? Voici sa réponse:
« L’imaginaire des contes renvoie souvent à la figure mythique du loup: le petit chaperon rouge, pierre et le loup, la chevre de M. Seguin…
Le loup de nos jours fait référence à un danger « pour de faux » et pour le tout petit en particulier qui n’a pas encore construit son rapport au réel ce danger est potentiellement un danger « pour de vrai ». Pas étonnant de devoir alors rassurer l’enfant qui exprime avoir peur d’être dévoré par le loup même si nous adultes sommes tout à fait au clair avec le caractère irrationnel de cette peur.
Mais au-delà de la question du rapport au réel on peut aussi y voir chez l’enfant l’expression du besoin de sécurité affective. L’enfant né vulnérable et sans défense et son besoin premier est celui de sécurité et à travers lui d’attachement. Pour se construire psychiquement et s’autoriser à explorer le monde l’enfant a besoin d’expérimenter qu’il est protégé et qu’il peut recevoir du soutien lorsqu’il en a besoin. La peur du loup qui émerge souvent le soir au moment du coucher ou encore lors de temps d’accueil renvoie alors à l’angoisse de séparation et « active » son besoin d’attachement. Il convient de comprendre ces peurs comme l’expression du besoin d’être rassuré de la permanence de la présence et du soutien de l’adulte qui s’occupe de lui. Même si cela est parfois incompréhensible pour l’adulte, il n’y a pas de plus beau cadeau qu’on puisse faire à un enfant que de se montrer disponible et bienveillant à l’égard de toute forme de détresse émotionnelle exprimée. Les expériences répétées de soutien émotionnel aident l’enfant à construire sa sécurité interne et lui permettront de devenir un adulte sécure et à son tour un parent sécure. »

Nous tenons à remercier Chloé pour sa gentillesse en acceptant de nous répondre.

* Chloé Huet Porte-Petit est psychologue clinicienne, spécialisée en victimologie et psychotrauma.
Elle exerce en cabinet au 21 rue de la liberté à Cenon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *